CRETE découverte  
ECHOS DE CRETE ET DE GRECE :
Ecosystèmes et biodiversité
Vaï, palmeraie : palmiers Phoenix theophrastii
Vaï : plage et palmeraie
Vaï : plage et palmeraie

ENVIRONNEMENT / BOTANIQUE (περιβάλλον / βοτανική) : la palmeraie de Vaï en danger ?

Palaikastro – Sitia – LASITHI
(publié le 10/11/2010 ; dernière mise à jour le 29/01/2017)

En octobre 2010, soit 5 ans après son apparition à Hersonissos, Rhynchophorus ferrugineus (le Charançon rouge du palmier) avait été pris dans un piège à quelques pas de la palmeraie de Vaï. Les plus pessimistes pensaient que l'insecte ravageur n'allait pas s'arrêter là. Il serait alors difficile de sauver les palmiers endémiques de Théophraste (Phoenix théophrastii) qui sont sur le site depuis plus de 1000 ans. D'autres au contraire estimaient qu'en intensifiant la surveillance, les moyens et les pièges pour éviter le pire on empêcherait ainsi l'insecte de sortir de la zone infectée aux abords de la palmeraie. Les autorités ont ensuite tranché en pulvérisant de façon préventive et inutilement des pesticides, et ce au grand dam des écologistes, alors qu'aucun coléoptère n'avait à l'époque été signalé dans le secteur concerné. Un autre aspect a été depuis dénoncé : celui d'interventions en dépit du bon sens notamment par le défrichage et l'élagage ayant pour objectif de faciliter la lutte contre les incendies potentiels. Ces travaux ont été effectués sans tenir compte des techniques et méthodes compatibles avec la gestion d'un écosystème et qui entraînent inévitablement une dégradation de l'habitat dans cette zone classée « Natura 2000 ».
Mais rien n'y fait car depuis le coléoptère est apparu à Vaï et il est à craindre qu'il ne s'attaque aux palmiers Théophraste comme ce fut le cas début 2017 sur des spécimens de cette espèce plantés à Petras près de Sitia.
 Il s'avère donc que les mesures de protections prises jusqu'à présent et critiquées par les écologistes ont été inefficaces et que l'écosystème a certainement été mis en danger par des mesures inadéquates. Comme quoi, le remède peut parfois être pire que le mal et n'empêche pas la gangrène de se développer ! 
La palmeraie de Vaï reste donc en danger. Sa destruction serait une catastrophe écologique et économique pour toute la région.

Sources grecques (2009 / 2017) : WWF Hellas ; ecocrete ; anatoli ; haniotika-nea ; lasithinews ; patris ; rethymniotika-nea ; goodnet ; news-in.

Synthèse : D. KRUPA

Pour en savoir plus, voir les 
archives Crète découverte : Environnement - les palmeraies endémiques


Elafonisi-Elafonissi
Elafonisi : tourisme

ENVIRONNEMENT / BIODIVERSITE (περιβάλλον / βιοποικιλότητα) :
la mauvaise gestion du site menace le milieu naturel à Elafonissi...

Kissamos et Kantanos-Selino – HANIA (publié le 23/12/2013 ; dernière mise à jour le 01/11/2016)

D'après les écologistes, les amoureux de la nature, certains responsables locaux et des universitaires, l'exploitation du milieu naturel d'Elafonisi se fait au détriment de l'environnement et au profit d'intérêts privés menaçant ainsi la biodiversité de ce site classé Natura 2000. La gestion des lieux n'est pas satisfaisante car les installations existantes sur la plage (kantina ''snack-bar'', tables, parasols et transats...) dépassent les limites réglementaires imposées par la loi sans pour autant être réprimées par les autorités locales. Situation d'autant plus délicate que la plage se situe à cheval sur deux municipalités qui ont beaucoup de mal à s'entendre pour la gestion : Kissamos au nord et Kantdanos-Selino au sud-est. De même la protection des habitats n'est pas entièrement assurée et l'on assiste à des interventions modifiant la configuration de la plage, au stationnement de véhicules en dehors des zones réservées, à la reprise du camping sauvage, à la coupe de genévriers, à la destruction des dunes... Les autorités municipales plaident non coupables argumentant que les conditions d'accueil actuelles ne permettent pas de satisfaire à la demande et à la forte pression touristique notamment en haute saison où le nombre de visiteurs atteint en moyenne 3000 pers/jour... Elafonissi serait donc victime de son succès !
Sources : Ecocrete ; Lafonisi S.O.S. ; Presse locale et régionale (FlashNews ; Goodnet ; Haniotika Nea ; Nea Kriti ) ; D. KRUPA : notes et comptes rendus de visites en Crète.




Tortue marine : Caretta caretta
Tortue marine : Caretta caretta

ENVIRONNEMENT / BIODIVERSITE (περιβάλλον / βιοποικιλότητα) :
Diminution importante du nombre de tortues marines (publié le 13/02/2015)

D'après Archelon, la Société de protection des tortues de Grèce, une grande partie des espèces est aujourd'hui en voie de disparition. Ce constat est particulièrement vrai en Crète où la nidification est en déclin alors que le nombre de tortues trouvées mortes augmente d'année en année. Les activités humaines sont les principales causes de cette dégradation. Outre le fait que les tortues soient le plus souvent piégées dans les filets de pêche ou victimes des hélices des bateaux à moteurs, elles ont de plus en plus de mal à trouver des lieux de pontes conséquence du développement des aménagements de plages pour le tourisme (équipements sportifs, douches, cabines, caillebotis, transats, parasols...) et aux emplacements occupés par des constructions côtières illégales. Les tortues qui trouvent un site de nidification voient quant à elles leurs lieux de ponte puis leurs nouveaux-nés menacés par le passage de véhicules sur les plages, le nettoyage du sable avec des engins de travaux, les pollutions lumineuses et sonores des animations en bord de mer... Pour aider à la survie des espèces, à partir de juin, des groupes de volontaires d'Archelon, détectent les nids, signalent les emplacements, balisent le trajet vers la mer et parfois même déplacent les oeufs pour mieux les protéger. Chaque été, afin de sensibiliser la population et les touristes sur les espèces de tortues protégées, des kiosques d'informations sont installés près des plages des principales zones de nidification : le golfe de Chania, la baie de Rethymnon et le golfe de Messara.
Pour en savoir plus : le site web d'Archelon 
http://www.archelon.gr/ et celui de l'association méditerranéenne pour la sauvegarde des tortues de mer http://www.medasset.gr/en/



Juniperus oxycedrus subsp macrocarpa
Juniperus oxycedrus subsp macrocarpa à Elafonissi

ENVIRONNEMENT / BOTANIQUE (περιβάλλον / βοτανική)
La dégradation des habitats des "cèdres crétois" met en péril la survie de l'espèce sur l'île

(publié en 2009 ; dernière mise à jour le 22/01/2014)

Les "cèdres crétois", appellation commune découlant de mauvaises transcriptions ou interprétations, de leur vrai nom genévriers (Juniperus oxycedrus subsp macrocarpa et Juniperus phoenicea) sont en danger. Le programme Junicoast dont l'objectif est d'informer, de protéger et restaurer les habitats côtiers a bien été lancé début 2009 mais rien n'y fait : la lente dégradation se poursuit. La régénération naturelle devient insuffisante et la prévention ne suffit pas face aux différentes menaces (pâturage non contrôlé, incendie, piétinement, excès dûs au tourisme...). Principaux accusés à Kedrodasos et Hrisi, les campeurs sauvages qui en toute illégalité trouvent au pied des arbres un emplacement bon marché mais qui détruisent irrémédiablement l'habitat, certains n'hésitant pas à couper des branches pour faire du feu et à laisser sur place leurs ordures. Devant de tels abus les écologistes et les différentes autorités semblaient dès 2009 vouloir reprendre les choses en main et sanctionner toutes les infractions à la législation. Malheureusement la « crise » est passée par là et n'a rien arrangé, bien au contraire les priorités ont changé et la situation n'a guère évoluée.
Sources : Haniotika-Nea ; Goodnet ; Aera ; Ecocrete ; Junicoast depuis janvier 2009
Pour en savoir plus sur les actions pour la protection du Juniperus et les sites Natura 2000 concernés, découvrez le programme Junicoast (version grecque ou version anglaise) 



Preveli, palmeraie : régénération fin juillet 2012
Preveli - palmeraie - régénération fin juillet 2012

ENVIRONNEMENT (περιβάλλον) : à Preveli la nature réagit, la palmeraie renaît mais les mesures de protections prévues sont-elles réellement adaptées et respectées ?

Agios Vassilios – RETHYMNON (dernière mise à jour le 08/02/2013)

Suite à l'incendie de 2010, des mesures complémentaires de protection ont été prises pour assurer la régénération de la Palmeraie. Sur cette zone déclarée Natura 2000, les activités humaines ont été et doivent être encore plus strictement limitées notamment en rappelant les principes d'interdiction de camper, d'installer des constructions , de profiter des lieux pour une activité commerciale privée, d'utiliser des véhicules à moteur, de faire pâturer les bêtes, de chasser.... avec et surtout un contrôle sévère de toutes ces activités ce qui ne semblait pas être entièrement le cas lors de notre dernier passage. Un cheminement a été délimité afin que les visiteurs puissent tout de même admirer les lieux mais également que la nature puisse de son côté reprendre entièrement ses droits. L'entretien des lieux et des mesures de prévention pour assurer une protection incendie efficace ont été mis en place . La nature a su également réagir et à la surprise générale les palmiers et tout l'écosystème renaissent. Le vallon reverdit dans des délais beaucoup plus courts que ceux envisagés initialement. Reste encore la situation inacceptable de l'absence de toilettes dans une zone de cette importance touristique où les visiteurs se soulagent çà et là sans pour autant prendre la précaution d'effacer les traces de ces besoins naturels. Malheureusement la gestion de l'ensemble du site et les responsabilités restent assez dispersées compliquant ainsi la nécessité de décisions et d'interventions rapides et efficaces.

Pour en savoir plus, voir les archives crete.decouverte : Preveli.

Kri-kri (Capra aegagrus cretica)
Kri-kri, "chèvre sauvage crétoise"
Capra aegagrus cretica

ENVIRONNEMENT / BIODIVERSITE (περιβάλλον / βιοποικιλότητα)
La "chèvre sauvage crétoise" menacée de disparition (dernière mise à jour le 20/11/2011)

La chasse illégale du Kri-kri (Capra aegagrus cretica) dans et autour du parc national de Samaria a pris des proportions alarmantes. Les autorités et les écologistes n'hésitent pas à dire que si rien n'est fait cette espèce protégée sera bientôt en voie d'extinction totale. Le braconnage est un fléau qui se développe dans les montagnes de Grèce. Dans le parc national du Pinde, au nord du pays, c'est le chamois des Balkans (Rupicapra rupicapra balcanica) qui est aussi menacé. Comme tout ce qui est rare est cher, les braconniers n'hésitent pas à faire commerce de la viande auprès de quelques tavernes indélicates. Devant le développement d'un tel phénomène, les autorités de la région d'Hania ont pris des mesures en multipliant la surveillance dans les zones concernées et en accentuant les contrôles pour stopper les ventes sous le manteau. En novembre 2011, l'une de ces opérations a permis la saisie de l'une de ces chasses illégales et l'arrestation de l'un des auteurs. Malheureusement en cette période de difficultés économiques, beaucoup redoutent une multiplication des activités de braconnages qui menace non seulement le Kri-kri crétois mais l'ensemble de la faune de l'île.
Sources grecques : Haniotika Nea ; Ecocrete ; Goodnet ;
Pour en savoir plus (en anglais) sur le Kri-kri , la "chèvre sauvage crétoise"

Cont@ct

Derniers échos

              © 2008-2017 crete.decouverte